Etude de Maurice MISTRE-RIMBAUD

Auteur de  "des Républicains diffamés pour l'exemple"

LE COÛT DES CHOSES

Extraits de carnets de soldats du 15è corps d'Armée de Provence


pinard

Lorraine, Août 1914

11 août : De là, nous allons cantonner à Tantonville, pays célèbre pour sa brasserie (bière Tourtel). Il fait une chaleur terrible, aussi, on s'enfile quelque chose comme "sérieux". Les sérieux sont des verres de bière contenant un litre, vendu 0,10 ou 0,15. (1)

14 août : Nous faisons une pause durant laquelle nous mangeons des prunes et des pommes, le vin se paye 1F le litre. (2)

16 août : Pendant que nous causions, j'entends une voix qui criait "Qui en veut ?" "2F le paquet de tabac". Je bondis aussitôt vers cet envoyé du ciel qui nous proposait une chose introuvable dans la région, devenant ainsi une chose de luxe, et qui, pour moi, comme pour tout bon poilu fumeur était mon principal soutien, mon "nerf de la guerre" et je fus bien content d'obtenir de ce poilu qui continuait à marcher avec sa colonne, ce précieux paque de gros tabac qu'il me vendait 2F, alors qu'il coûtait normalement o,15F. (3) 

17 août :  Départ de Parroy à 6 heures du matin pour un dernier village français occupé par les boches pendant deux jours [Xures], qui volent les valeurs dans la Poste et rançonnent les habitants. Ici, on trouve de l'eau de vie de mirabelle à 4F le litre et du vin blanc bouché à 1,25F la bouteille. (4)

18 août :  A 16 heures, nous allons à Juvelise où nous passons une bonne nuit sur la paille. On nous vend du lait à 5 sous le litre et la bière à 4 sous. (5)

19 août : Ici [Dieuze], nous trouvons du vin, il y a déjà quelques jours que nous n'en avions pas bu, presque pas depuis Saint Nicolas. On achère du tabac à 0,35F le paquet de 100 grammes et le soir lorsqu'il fait nuit, on fait des beefs. On ne mange pas souvent ! (4)

19 août : Nous avons traversé la ville de Dieuze dans la matinée. Nous y sommes acclamés, les femmes distribuent du vin et du tabac à nos soldats, les jeunes filles leur donnent des bouquets de fleurs ; j'achète deux ou trois paquets de cigarettes, le tabac ne coûte pas cher en Allemagne, 0,40F les 100 grammes. (4)   

19 août : Les batteries tirent autour de la ville [Dieuze],  ça chauffe. Une femme me donne des bonbons. Une autre veut me faire boire un verre de vin pour 5 sous, toutes disent "bonjour" (5)

20 août : Les paquets de tabac que j'avais achetés 1F et même 2F à Xures, à Juvelize et que j'avais soigneusement cachés dans les souliers placés sur mon sac, tout ce tabac est perdu, je n'en n'ai presque plus sur moi et si je venais à en manquer, je souffrirais atrocement, on ne peut pas se faire une idée de l'importance du tabac pour un fumeur, surtout dans ces terribles instants : c'est aussi important, sinon plus que le ravitaillement. (3)

22 août : Nous allons coucher au village de Froville situé à 800 mètres environ. Là, je trouve dans une maison, du bon vin bouché à 0,75F le litre et de l'eau de vie à 3F. (4)

22 août : [Bayon] J'ai mis1,30F pour avoir un morceau de pain, une boite de sardines et un bidon de bière. (4)

23 août : On trouve de la bière qui est très bonne à 3,30F la bouteille. (4)       ????? (6)

26 août : Puis nous ravitaillons la batterie et retournons former notre parc à Einvaux, où l'on arrive à la nuit toute noire et par la pluie et le froid. Heureusement ici, on trouve du vin d'Algérie à 0,50F le lietre. Depuuis longtemps, on était habitué à le payer 1,25F  et plus. (4)

5 septembre : Départ vers 1h. Tantonville vers 10h exténués. Le commandant fait acheter une bouteille de bière par homme (0,25 le litre). (7)

Un franc 1914 vaut environ 2,21 € 2006


1     38è R.A.

2     141è R.I.

3     58è R.I.

4      3è R.A.L.

5     6è hussard

6   ? de ma part

7     6è B.C.A.