Sur les traces des "Midis" du XVe Corps - guerre 1914-1918

11 novembre 2020

LA REDACTION

 

 Fernand Léon Émile Dubourg(*)
est né le 15 avril 1915 au Thoronet (domaine Ste-Croix),
une semaine après la disparition de son père Emilien, tué le 9 avril 1915, au fortin de Beauséjour (Marne).


En  1927, alors qu'il est en classe de fin d'études à Carcès,  son instituteur, Gaston Lonjon lui donne comme sujet de rédaction :

dubourg28a

 

dubourg28b-1


 Le jour de la Toussaint est un jour triste pour ceux qui ont ses
parents morts.


Il semble que la prose de ce jeune orphelin de guerre n'a pas été appréciée par son instituteur.

-----------

(*) oncle  de Maurice MISTRE-RIMBAUD, auteur connu et contributeur de ce blog.




 

 

 

 

Posté par moniqueB à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2020

L'Amicale 173e et 373e R.I. dans l'Aisne en juin 2020

 


Comme elle l'avait fait en 2018, pour rendre hommage aux combattants des 173e et 373eR.I. de la Grande Guerre tombés dans l'Oise, l’Amicale, prépare une délégation qui se rendra dans l'Aisne, en juin 2020, afin :

- d'inaugurer, en association avec les municipalités concernées et à l’endroit qui leur paraitra le plus approprié, une plaque rappelant le souvenir des combats de la 173ème D.B.A. en 1940, et y déposer une gerbe

- de se recueillir sur les tombes des combattants de la 173ème D.B.A et déposer une gerbe à la Nécropole Nationale de Soupir2.

PROGRAMME PREVU DU 14 JUIN 2020:  

10h00 : inauguration de la plaque commémorative de ROUCY  

11h00 : inauguration de la plaque commémorative de CONCEVREUX  

12h00 : inauguration de la plaque commémorative de MAIZY  

13h00 : repas à la salle de la Mairie de CONCEVREUX (Buffet froid)  

16h00 : départ pour SOUPIR  

16h30 : inauguration de la plaque commémorative de SOUPIR
            hommage aux soldats inhumés au cimetière de SOUPIR

 

 

AFFICHE-1940

 La 173e DBA tiendra jusqu’au 10 juin puis se repliera sur ordre, avant de voir beaucoup de ses hommes capturés par l’adversaire.

Pendant les combats de mai et de juin 1940, la 173e DBA comptera 272 morts pour la France.

CITATION A L'ORDRE DE L'ARMEE DU 20 MARS 1942 

La 173e Demi-Brigade Alpine sous les ordres du lieutenant-colonel Vinot: 

"Chargée de l'organisation de la défense d'une position sur l'Aisne, a travaillé sans repos et sans arrêt sous le feu ennemi du 17 mai au 8 juin 1940, pour préparer la résistance, en même temps qu'elle conservait le contact par les patrouilles et les reconnaissances hardiment poussées au-delà de la rivière.
Attaquée le 9 juin par des forces très supérieures et puissamment appuyées, a tenu sur place avec une héroïque ténacité, en infligeant à l'ennemi de grosses pertes dans ses points d'appui encerclés et débordés. Ayant reçu dans la nuit l'ordre de se replier, s'est décrochée et s'est fait jour à travers les lignes adverses, au prix de lourds sacrifices, les 2ème  et 3ème bataillons venant prendre leur place dans la ligne de bataille où ils se sont héroïquement maintenus, le 1er bataillon en se soudant à une autre armée, puis en exécutant une héroïque tentative de percée à la baïonnette".

La campagne de France de mai-juin 1940

173ème Brigade alpine : Bataille de l’Aisne (8 juin - 11 juin 1940)  

Depuis le 8 mai, le 1er bataillon de la 173ème brigade alpine est en position sur la rive sud de l’Aisne, face à l’ennemi retranché sur la rive nord. 

Arrivé dans ce secteur dans la nuit du 17 au 18 mai et chargé de défendre les ponts de Concevreux et de Pontavert, le bataillon a stoppé net l’avance de l’adversaire, l’obligeant à repasser la rivière et à rester sur la défensive. 

Le 8 juin, la grande offensive allemande se déclenche sur tout le front. Le bataillon résiste sur place, mais l’ennemi parvient à passer la rivière plus à gauche. Dans la nuit, le bataillon reçoit l’ordre de se replier sur Blanzy-les-Fismes et d’organiser le village afin d’y arrêter l’avance ennemie. Il exécute l’ordre aussitôt. La 1ère compagnie s’installe au village de Roucy. Bientôt l’ennemi est en vue. Bombardements d’aviation et d’artillerie, vagues d’assaut d’infanterie se succèdent sans interruption. Les chasseurs alpins s’accrochent au village écrasé sous les obus et résistent avec une énergie farouche. Leur tir, bien ajusté, brise l’une après l’autre les vagues d’infanterie allemande. Pendant treize heures, l’ennemi s’acharne à prendre le village, pendant treize heures, il est repoussé. Mais les pertes de la 1ère compagnie sont élevées. Les unités qui l’encadrent à droite et à gauche finissent par disparaître, submergées sous l’avalanche ennemie. Menacée d’être encerclée, la 1ère compagnie exécute son décrochage sous un feu violent d’artillerie et d’armes automatiques. Elle parviendra cependant à rejoindre sur la Vesle le gros du bataillon. Retranché dans Blanzy-les Fismes, celui-ci a résisté à un violent bombardement d’artillerie et d’aviation. Il a repoussé des attaques nombreuses et massives d’infanterie. Quand l’ordre de repli lui parvient, il réussit, sous les ordres du capitaine Boué, à exécuter son repli et se retrouve groupé à Jonchery pour une nouvelle résistance. Cependant, l’offensive ennemie, loin de faiblir, s’accentue.  L’ennemi pousse sans arrêt en avant, cherchant à exploiter au maximum ses premiers succès. Déjà, les avions et l’artillerie bombardent Jonchery. Les armes automatiques ennemies font pleuvoir sur le village une grêle de balles. Un nouvel ordre de repli arrive au bataillon. Celui-ci devra se regrouper au village de Savigny. Quand le bataillon, qui combat sans arrêt depuis la veille arrive à Savigny, il est 23 heures. Tout est calme, il n’y a pas dans les rues du village, âme qui vive. Déjà le bataillon est engagé dans la rue centrale, quand des fenêtres des maisons, de derrière les murs des jardins, à droite, à gauche, en avant, en arrière, une fusillade intense éclate, jonchant le sol de blessés. Le village est déjà occupé par l’ennemi. Le bataillon vient de tomber dans une embuscade. Il est complètement cerné. Dans le fracas de la fusillade, on entend la voix d’un officier allemand qui somme les chasseurs de se rendre. Mais déjà, ceux-ci abrités dans les cours, le long des murs, dans les fossés ripostent dans l’obscurité aux coups de feu allemands dont on aperçoit les courtes flammes. Du seuil d’une grange, la voix du capitaine Boué rallie ses chasseurs : «A mon commandement. Baïonnette au canon. En avant. »

 Enlevé par son chef, le bataillon fonce en avant dans le crépitement des mitraillettes. Il atteint la sortie du village.
Il est passé.

 Le lendemain, 11 juin, ce qui reste du bataillon prend position sur les bords de la Marne.  

Le bataillon tiendra la position jusqu’au surlendemain, 13 juin, à 15 heures. 

Ensuite, c’est la retraite sur la Loire.  

Quand l’armistice regroupera l’unité au camp de la Cortine, le 1er bataillon de la 173ème brigade alpine sera réduit à :

      -deux officiers,
                      -cinq sous-officiers
                                             et trente-six hommes.  

Extrait de Mémorial France -
Faits d’Armes de la guerre 1939 - 1940 recueillis par A.P Antoine (Sequana Editeur  - Paris)

En savoir plus:

Récit du Chef de bataillon Jules Toussaint BIANCAMARIA

RECIT DU CDT BIANCAMARIA-1940

 

Jules MONDOLINI

JULES MONDOLONI

Posté par moniqueB à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2019

POEME : De mon tombeau doré

de Jean ROURE
"Suivez les pas des Besson-Girerd"
créateurs de talent

Jean Roure, est le petit neveu de Jules BESSON-GIRERD
du 27e BCA
tué derrière Bidestroff le 20 août 1914

                                                            27eBCP-bis

 

 

DE MON TOMBEAU DORE

J'en ai vu des 11 novembre, des armées marchant au pas
Des présidents, des rois, des curieux et ce peuple docile qui n'oublie pas.
J'en ai vu des manifestations pacifistes, guerrières ou révolutionnaires
Même entendu des cris, des sifflets contre la Marseillaise, sale affaire.

Il a fallu que les cinq millions de Poilus disparaissent à jamais
Pour qu'enfin les archives s'ouvrent en grand à la vérité.
Longtemps, les Présidents, les Généraux se sont autoproclamés
La ferveur appartenait enfin aux anonymes qui l'avaient défendue et sauvée

A nos héros, ceux morts au combat comme Jules Besson-Girerd
Pour que vive la France, ces braves, ils ont payé très cher...

11 novembre 2019

 

Posté par moniqueB à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2019

HEUREUSE INITIATIVE : LA FEVE DE VERGAVILLE

 

 

Ils m'étonneront toujours ces Lorrains !!

Une initiative originale a vu le jour en ce début d'année dans le Pays du Saulnois.

Vendues par plusieurs boulangeries de la contrée, les galettes des rois sont garnies de fèves représentant six monuments du patrimoine local.

Double objectif : «Faire connaître les points forts touristiques du territoire tout en valorisant lartisanat local»,
C'est une artisane des Vosges qui en a créé les moules en 3D.

Une des six fèves représente le monument du XVe Corps de la Nécropole de Vergaville... une façon "détournée" de rendre hommage à nos Poilus du Midi.

Félicitations à l'Office du Tourisme du Saulnois, à l'origne de l'évènement et aux boulangers, artistes des saveurs,

Merci à José qui nous a signalé ce fait.

 

 

verga2

 

Posté par moniqueB à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 janvier 2019

BONNE ANNEE 1919

voeux1919

Posté par moniqueB à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2018

UN ROND-POINT DU 15e CORPS A BAGNOLS-SUR-CEZE

UNE OEUVE DE REHABILITATION, TITRE LE MIDI-LIBRE

Grande satisfaction pour notre ami Michel Benoît, ce jour du 11 novembre 2018, quand la commune de Bagnols-sur-Ceze inaugure le ROND-POINT DU 15e CORPS.

C'est le 26e lieu, en France,  portant le nom de ce Corps d'Armée, en hommage à nos troupes du Midi, injustement discréditées en août 1914.

thumbnail_IMG_0879 

 

46018140_2328054447208091_4138665640732917760_n

 
De gauche à droite :
Jean-Yves CHAPELET, maire de Bagnols
Raymond MASSE conseillé municipal délégué aux anciens combattants
Michel BENOIT
Jean-Claude MOUGENOT, président des anciens combattants de Bagnols, et président des médaillés militaires.

image

 

 

Posté par moniqueB à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

POEME : GLÒRI A NÒSTI "POIUS"

De Yves Human

 

GLÒRI À NÒSTI « POILUS »

O valentous sóudard, saludan toun courage,

Noun t'avèn óublida, te rendèn noste oumage.

Dins la nèu, dins la fango enterin quatre annado,

Gaire mai de vint an, la mort pèr destinado:

Noun t'auran espargna doulour nimai esglàri

Mai falié matrassa l'óupignastre aversàri.

E se te siés toujour batu sènso ahiranço,

Aro tout es fini que siés mort pèr la Franço.

Pèr toun darrier assaut, 'queste de l'armistice,

Mouriras foudreja, suprème sacrifice!

Dos balo traucaran toun casco metalin

E risoulejaras à-n-aqueste destin.

Uno garbo de fiò travessara ta tèsto

Quouro s'acabara la terriblo batèsto.

Car juste au moumenet que souno la vitòri,

Toun amo mounto à Diéu, tu, t'escrives en glòri...

 

 

TRADUCTION

O valeureux Poilu, je salue ton cadavre!

Durant ces quatre années, les tranchées pour seul havre,

Ne t'auront épargné ni peur et ni souffrance.

Pour toi, tout est fini: ta mort est pour la France!

En aura-t-il fallu des élans guerriers,

En aura-t-il fallu des assauts meurtriers,

Sous une pluie d'obus qui fauche et qui lacère    

Pour mettre hors de combat l'opiniâtre adversaire!...

 

Pour ton dernier assaut, celui de l'armistice,

Tu mourras foudroyé, suprême sacrifice!

Une gerbe de feu traversera ta tête

Lorsque dans le lointain sonnera la trompette.

Des balles perceront ton casque de métal

Et toi tu souriras à ce destin fatal

Car à l'instant précis où sonne la victoire,

Ton âme monte à Dieu, toi,  tu t'inscris en gloire !

 

-Grand Pres Charloun Rieu au Councous Literàri de Pouësìo 
de Sant-Roumié de Prouvènço - 1996

-Pres de la Flour d'Amelié au Councours de l'Eissame de Seloun - 1996

-Diplomo d'ounour au Councours de l'Acadèmi Prouvençalo

 

Posté par moniqueB à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2018

EXPO 14-18 A LA TURBIE (06)

A LA TURBIE

C'est à partir du samedi 10 novembre, à 10h que vous pourrez découvrir l 'expo réalisée par l'ASSOCIATION PATRIOTIQUE  et LA LUERNA, pour commémorer le  CENTENAIRE DE LA FIN DE LA GRANDE GUERRE et ce jusqu'au 17 novembre  inclus. Heures d'ouverture de 10h à 12h et de 14h à 18h tous les jours.

Dans son local du 5A place St Jean, l'ASSOCIATION PATRIOTIQUE exposera une multitude d' objets de l'époque, uniformes, casques, artisanat de tranchée, documents, etc...et projettera des vidéos.

L'association LA LUERNA, installée dans la salle de la Pietà, sous le porche Gioffredo, proposera les thèmes suivants :

-HONNEUR A NOS HEROS TURBIASQUES
Comme elle l'avait déjà fait en 2004, une recherche sur les poilus de La Turbie, afin de perpétuer leur souvenir. (une fiche individuelle pour chacun des 56 soldats avec des informations sur son identité, ses citations et décorations) avec sa photo et celle de sa tombe dans une nécropole nationale, quand disponibles.
-il y aura aussi des extraits de cartes IGN indiquant les lieux des nécropoles nationales en question, ainsi que des cartes postales anciennes de ces cimetières militaires.
- l'histoire de la Croix de Guerre
- les uniformes
- l'histoire du monument aux morts du cimetière
- diverses illustrations, affiches et des petits objets

- L'ARMISTICE   un tableau résumant les conditions de l'armis tice de 1918  avec beaucoup d'illustrations, des extraits de Presse, etc...

VENDREDI 16 NOVEMBRE, à  19h, à la Médiathèque du Four Banal,  
CONFERENCE présentée par Florent Fassi, Passeur de Mémoire au Souvenir Français :
" LES DIABLES BLEUS" du 24e.  

Réservation conseillée au 04 93 35 41 45

Clairon-chasseur

Posté par moniqueB à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2018

CHEMIN DU XVe CORPS, DE VERGAVILLE A GUEBLING

RECONNAISSANCE,
   SE SOUVENIR,
        NE PAS OUBLIER...

                 ne sont pas de vains mots en Lorraine...

 

-stele-hommage-xve-corps


On a pu, une fois de plus, le constater ce dimanche 19 août, lorsque
M. Beck, maire de la commune, réunissant une belle assemblée de personnalités locales et d'autres venues des départements du sud de France, familles de Poilus ou associations, comme celle du Felibrige, a dévoilé une stèle ainsi gravée : 

1914-1918
En Mémoire des soldats
du XVe corps d'armée
tombés au Champ d'Honneur
lors de la bataille de Vergaville
les 19 et 20 août 1914

vergaville-stele-a

 

 Un piquet du CFIM de Dieuze et les porte-drapeaux des Anciens Combattants assuraient la garde d'honneur.
Le groupe de reconstitution militaire "Fantassins de Lorraine" a fourni une prestation très remarquée et appréciée.

P1080713

 

Parmi les familles présentes, celle du caporal-chasseur Raoul JOURDAN, représentée par sa petite-fille Emmanuelle JOURDAN, à l'origine du passage de la patrouille de France sur la nécropole en juillet dernier.
Pour revoir l'article CLIQUER

Une exposition et des films présentés par Jean-Paul GAILLOT, José BOURGUIGNON et Pierre VIRLON ont agrémenté cette belle journée du Souvenir.

Conclusion :
Les Maires des deux communes ayant pris ensemble la décision, 
la route qui relie Vergaville à Guebling s'appelle désormais
"CHEMIN DU XVe CORPS 19 et 20 août 1914".

thumbnail_VERGAVILLE%2019aout%202018

Posté par moniqueB à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2018

HONNEURS A TITRE POSTHUME

HONNEURS A FRANCOIS RATTO

La commune de Roquebrune Cap Martin n'oublie pas et rend hommage à son jeune héros roquebrunois de la Grande Guerre : François Ratto né le 17 avril 1898, mort à Furnes en Belgique des suites de ses blessures le 24 novembre 1914, un des plus jeunes médaillés militaires de France.

Nous avons raconté son incroyable histoire : http://lesmidi.canalblog.com/archives/2009/05/16/13746895.html

Déjà, le 22 juin 2018, la Commune a participé à la manifestation organisée par la 27ème Brigade d’Infanterie de Montagne à Gap, au cours de laquelle le nom de "François RATTO" a été donné à la promotion nationale des engagés volontaires des Chasseurs Alpins de l’année 2018.  

 

juin2018-gap-ratto-c

 

 

«CITOYEN D’HONNEUR DE LA COMMUNE DE ROQUEBRUNE CAP MARTIN »

Tout récemment, en la séance  du 16 juillet 2018, M. Patrick CESARI, maire de cette belle commune, s'adresse à son Conseil Municipal :

"Dans la perspective du 100ème Anniversaire du 11 novembre 1918, je vous propose d’attribuer en hommage à François RATTO, ce jeune Roquebrunois mort au combat, à titre posthume, le titre de CITOYEN D’HONNEUR de la Commune de Roquebrune Cap Martin".

Suffrage exprimé à l'unanimité : 26 votes POUR

 

 BRAVO les Roquebrunois !!

 

Posté par moniqueB à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]