de  Marius Puech

Poème écrit dans les tranchées pendant la guerre de 14-18

503_001

 

Gloire au 15ème Corps

 

A ceux qui ont maudit notre vieille Provence

En insultant ses fils qui tombaient pour la France

Je redirai toujours même frappé à mort

Vive mon régiment, gloire au 15ème Corps

Nous nous sommes battus de village en village

Insouciants du feu qui grondait avec rage

Pendant que là-bas dans la plaine de Woëvre

On s’endormait brisé de fatigue et de fièvre

Allons tais-toi insulteur de malheur

Lâche ta plume vil marchand de douleur

Et suis-moi un instant en Champagne, en Alsace

Regarde ces mourants tous frappés à la face

Quand tu verras passer à travers les carreaux

Quand tu verras passer les restes du drapeau

Tu salueras bien bas ces visages tout pâles

Car les enfants du Midi

Gervais, c’est la France qui passe

 

Merci à Bernard Assaiante

qui nous a transmis ce poème de son grand oncle