30 novembre 2016

Le "Russenbrücke" (pont des Russes) était français !

  de Michel BENOIT Ce texte est la propriété de son auteur-La reproduction n'est pas autorisée   Le « Russenbrücke » (pont des russes) était français ! - Morhange-Dieuze 20 août 1914  Le 2 aout 1914, les trois frères ALAUZEN de St-CHRISTOL-LES-ALES sont mobilisés à la 9e compagnie du 61e R.I. de PRIVAT (15e corps d’armée). Cette dernière grande unité du sud est immédiatement dirigée sur l’est de la France pour participer, au sein de la 2e armée du général de CASTELNAU, à la bataille des... [Lire la suite]
Posté par moniqueB à 07:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 novembre 2016

15e corps - Soldats du Var

Très beau diaporama, créé par Michel Delannoy, sur les casernes et les hommes du Var, 1914-1918 https://www.youtube.com/watch?v=wDVsFMBD-y0&feature=em-upload_owner
Posté par moniqueB à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2016

Toujours en hommage au 15e corps...

2016:Deux Ronds-Points au nom du 15e corps. Dans les Bouches du Rhône : la 21ème ville en France Istres - 19 mai 2016   Dans les Alpes de Haute-Provence : la 22ème ville Les Mées - le 11 novembre 2016   A qui le tour en 2017 ???    
Posté par moniqueB à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2016

Poème : LA FRANCE AUX MORTS

de Mathilde MAYEN     LA FRANCE AUX MORTS Vous êtes morts pour que mon jour de gloire arriveEt soit l'aube d'un temps nouveau ; Pour que, toujours plus grande et plus belle, je vive Levant plus haut toujours mon immortel flambeau. Votre sang a sauvé l'avenir d'une race...Dormez sans nuls trésaillements,Sous mes ceps champenois et mes sapins d'Alsace,Et sous l'or onduleux de mes grands blés flamands ! O mes sacrifiés, dormez dans l'assuranceQue les vôtres seront heureux.Vous êtes morts pour moi, je m'appelle la... [Lire la suite]
Posté par moniqueB à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2016

Poème : LA COURONNE

de Marcel ANDRE dit ANDRE-BELLOT(poète aveugle et sourd)auteur de Fleurs de sang - Nîmes 1921     LA COURONNE Là-bas, au champ d'honneur, il avait dû tomber, Blessé grièvement, il vient de succomber, Le major, bien souvent, examinant ce brave, En secouant la tête, il répétait : C'est grave ! Déjà, dans le jardin, le char funèbre attend Ce sublime héros, cet ardent combattant,   Aux abords de l'hospice et jusques à la grille, La foule au fantassin, lui tient lieu de famille, Ah ! quel recueillement... [Lire la suite]
Posté par moniqueB à 06:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]