de Mathilde MAYEN

 

Francepleurant-a

 

LA FRANCE AUX MORTS

Vous êtes morts pour que mon jour de gloire arrive
Et soit l'aube d'un temps nouveau ;
Pour que, toujours plus grande et plus belle, je vive
Levant plus haut toujours mon immortel flambeau.

Votre sang a sauvé l'avenir d'une race...
Dormez sans nuls trésaillements,
Sous mes ceps champenois et mes sapins d'Alsace,
Et sous l'or onduleux de mes grands blés flamands !

O mes sacrifiés, dormez dans l'assurance
Que les vôtres seront heureux.
Vous êtes morts pour moi, je m'appelle la France,
Je suis deux fois leur mère et veillerai sur eux !

Dormez ! Pour vos petits j'aurai des nids encore.
Je les y réchaufferai tous,
Et tous retrouveront des sourires d'aurore
En sentant sur leurs fronts mes longs baisers très doux !

Dormez ! Ils grandiront, vos fils, sous mon égide,
Bercés par votre souvenir !
Je serai leur tendresse et je serai leur guide,
Comme ils sont, je le sais, eux tous, mon avenir !

Dormez ! Je soutiendrai toutes les pauvres femmes
Que vous laissez sur le chemin,
La France en fait serment, ô fières grandes âmes,
Celles que vous aimiez ne tendront pas la main !

O martyrs ! Ouvriers de cette délivrance
Qu'appelaient les peuples unis.
Dormez, mes fils ! Je suis votre mère la France,
J'étends sur vous mon aile immense et vous bénis.

*