EUGENE ANDREI N'EST PLUS UN OUBLIE

Sans linceul, sans bouquet et sans inscription,
Sans croix, sans grille en fer, sans pierre funéraire,
Ils dorment sous un tertre au milieu des sillons.
Ils n'ont, pour les étreindre et fermer leurs paupières,
Que la terre, leur mère, aux cheveux sans rayons,
Sa caresse d'argile et son baiser de pierre.
                                                 Maurice Magre

Ce jour, 1er novembre 2014,  à 10h, après la Grand-Messe, devant la famille et la population rassemblées, la municipalité de Tallone (haute-Corse) a dévoilé son monument aux Morts... et le nom d'Eugène ANDREI, rajouté cent ans après son décès, aux 17 noms figurant déjà sur la stèle.

Image1414057344562

Bien que né à La Turbie(06) le 3 mai 1890, Eugène ANDREI possèdait toutes ses racines en Corse.

Son père Simon Jean, son grand-père Ours Jean, son arrière-grand-père Jean Noel et au-delà,  étaient nés à Tallone, petite commune de Castagniccia.  Sa mère, Marie Victoire MAROSELLI, venait de Novale.

Comme beaucoup de Corses contraints de s'expatrier, Simon Jean trouve un emploi de garde-jardins à Monaco. Le couple s'installe d'abord dans les bas-quartiers de La Turbie (actuellement Beausoleil), puis à Monaco.

Deux autres enfants sont nés à Monaco, Ours Jean Alfred en 1887 et Pierre en 1896.

Lorsque la guerre éclate, les trois frères rejoignent le front :
-L'aîné, Ours Jean Alfred au 163e RI puis à la 1ère compagnie du 55e RI.
  Il est blessé le 4 octobre 1914, puis réformé suite à ses blessures.

- le cadet, Pierre, au 163e RI de Nice. Il est tué le 14 mars 1915 à Bouconville dans la Meuse.

-Eugène au 111e R.I. à Antibes,  où il avait fait ses classes et gagné les galons de caporal en octobre 1912.
 Son régiment, dirigé à la frontière Est du pays, se bat vaillament à Moncourt et puis à Dieuze.
 Le 20 août 1914 Eugène disparaît au combat de Bidestroff (Moselle).

Le journal officiel du 23 janvier 1923 donne le texte élogieux de sa citation à titre posthume :
"Caporal vaillant et plein d'entrain. Tué à son poste de combat à Dieuze-Bidestroff le 20 août 1914.
Croix de guerre avec étoile de bronze".

Toutefois, pas de sépulture connue. Son nom n'est inscrit sur aucun monument aux Morts. 

Désormais, grâce au Maire et au Conseil Municipal de Tallone,  Eugène ANDREI n'est plus un oublié...

A défaut de tombe, son nom est gravé à tout jamais sur la pierre du monument aux Morts de Tallone, berceau de sa famille, où sont déjà inscrits son frère Pierre et son cousin Jean Toussaint Ferranti.

Pour la première fois, à l'appel de son nom on a répondu : MORT POUR LA FRANCE

fiche d'Eugène Andréï sur le blog La Turbie 14-18

QUELQUES PHOTOS DE LA CEREMONIE:

Tallone_10

Le monument et les nombreux drapeaux

 

Tallone_24

Dépôt de gerbe par Christian Orsucci, Maire du village, et les enfants

Tallone_19___Copie

François-Marie, représentant la famille Andréï, a lu des poèmes...

 

Tallone_17

...et Charles Lepidi, une page émouvant d'Henri Barbusse, "Le Feu" 
accompagné par la cantatrice Sylvia Giorgi Lozzia 

Tallone_33Tallone_34

Les descendants d'Eugène Andréï ont exposé leur arbre généalogique et des photos