De J. BELLOUARD
Prêtre-Soldat

 

ICI REPOSE

Un tel, soldat..., qui fut trouvé dans la tranchée
Sa lettre, entre les doigts, le long du coeur couchée,
Toute chaude de ses derniers aveux reçus,
Avec du sang, des pleurs et des baisers dessus...
Elle ne portait pas de nom en signature ;
Ils se reconnaissaient tous deux à l'écriture...
Quelqu'un dit :"Nous devons, d'après le règlement
La faire parvenir à son recrutement."
Mais un autre, serrant une lettre pareille,
Dit: "Quoi ! vous séparez les rameaux de la treille !
Laissez-les, sous la terre, ensemble reposer.
Que dans la nuit, sa lèvre ait où mettre un baiser.
Ne cherchez pas ailleurs ; il a marqué la place...
Ils la glissèrent donc entre les doigts de glace,
Et la divine Croix étend ses bras amis
Sur l'enfant et la lettre en leur songe endormis...

Qu'il repose en paix.