De G. Matt de Ker

AU NOM DE LA MEMOIRE

 

Ô toi qui aujourd'hui ne pensant qu'aux chansons
T'assois indifférent au pied des obélisques
En exergue mettant les étranges moissons
Que subirent nos aînés porteurs ou non de brisques,
Souviens-toi que ces gens furent nos amis, nos frères
Et plus souvent encore, bons maris et bons pères.

 

Des morts, ces monuments rappellent la mémoire
A tous les citoyens du glorieux hexagone
Afin qu'ils se souviennent que leur brillante histoire
Englobera toujours le Rhin, Marne et l'Argonne,
Paris,  Brest et Bordeaux, Perpignan, Massilia
Et cet immense empire que personne n'oublia.

 

Quand le danger croissant il fallait aux frontières
Dresser un mur de feu,  de fer et de poitrines,
Pour refouler chez eux, par légions entières
Ces cruels soldats aux humeurs assassines.

Aussi, où que tu sois ami, n'oublie jamais
Les morts et les vivants purs héros désormais
Qui t'offrent en ce pays           
                        Honneur et Liberté

Dorgelès

Merci à Christian pour ces phrases de Dorgelès