de Léon BOURRIER
La guerre 1914-1918 en rimes

detente

 

A LA FRONTIERE

On chantait ce soir-là non loin de la frontière :
Jour de fête pour tous, donc un peu de répit ;
Les hommes au repos ne portaient pas l'habit
Qu'ils endossent parfois pendant l'année entière.

Longeant à pas feutrés la sente forestière,
Des malfaiteurs émus par ce refrain subit
Ralentirent leurs pas qu'Eole interrompit,
Et reprirent le chant de façon point altière.

Ils venaient de comprendre et de s'apercevoir
Qu'ils avaient devant eux leurs frères du devoir ;
Les deux camps mettaient fin à des heures trop graves.

Personne n'eut besoin de crier : "Halte là !"
Gendarmes et voleurs signaient "la paix des braves",
Chacun disait à l'autre "Enfin, te revoilà !"

Non loin de la frontière on chantait ce soir là...