Cet article appartient  à son auteur. La reproduction n'est pas autorisée

De Monique B.

Copie_de_6sept1914_Joffre

Appelé en renfort de la 3e Armée,
le 15e Corps d'Armée
a joué un rôle décisif dans les combats de la région
de Mognéville et Vassincourt

où il débarque le 7 septembre au soir

La journée du 8 septembre 1914 :
Pour notre 2e corps (4e armée), la journée commence, à la droite par une violente poussée du XVIIIe corps de réserve allemand,
qui était à Sermaize et à Contrisson.
Pressé de front à Pargny-sur-Saulx et sur sa droite, notre 2e C.A. demande aide à la 3e armée.

Celle-ci envoie en secours, dès le matin une brigade du 15e corps (A) qui se dirige sur Robert-Espagne, orientée vers
l' Ouest et menaçant l'ennemi de flanc, tandis que son gros agît dans la direction de Contrisson.

Le 15e corps a réoccupé aisément, le soir, le terrain qui avait dû être cédé un moment par le 2e corps.

(A)détachement de la 57e brigade, comprenant les 6e et 24e bataillons de chasseurs, un groupe d'artillerie et 2 escadrons du 6e hussards)

La journée du 9 septembre 1914 :
Le 2e corps continue sa poussée contre Andernay et Sermaize, toujours appuyé par l'action du 15e corps, qui a repris dès 8 heures du matin son attaque contre la ligne Vassincourt-Mognéville-Contrisson.
Avec la 3e armée, le 15e corps a soutenu toute la journée l'attaque qu'il a reprise le matin contre Andernay, Mognéville, Vassincourt, en liaison avec l'armée de Langle de Cary. Au soir, il a progressé  vers Trois-Fontaines.

La journée du 10 septembre 1914 :
Situation de la 3e armée en fin de journée: a gauche le 15e corps a progressé sensiblement, repoussant le XVIIIe corps de réserve. Il occupe toutes les lisières de la forêt de Trois-Fontaines. Il a repris Sermaize, ou plutôt ses lamentables ruines, Andernay, la crête Ouest de Vassincourt et fait de nombreux prisonniers
.

Vassincourt_prisede

La journée du 11 septembre 1914 :
Le 2e corps tient l'Ornain, d'Etrepy à Sermaize, et demeure en liaison avec le 15e corps de la 3e armée, qui lui aussi, continue à progresser, qui a, dès le matin atteint le canal de la Marne au Rhin, entre Contrisson et Neuville-sur-Orne, et poussé des patrouilles vers Revigny.
En face de la 3e armée, c'est au matin de ce même jour, le calme "un calme impressionnant".

A 19h15, le mouvement en avant de la droite de la 4e armée permet au 15e corps d'avancer au delà du canal, entre Contrisson et Neuville.

A 21h, le compte rendu signale partout une situation pleinement satisfaisante.
Le 15e corps occupe Alliancelles, Rancourt, Revigny et progresse vers Brabant-le-Roi ; il a enlevé au XVIIIe corps de réserve, en retraite vers le Nord-Ouest, quatre canons, cinq mitrailleuses et quinze caissons.

La journée du 13 septembre 1914 :
Le 13 septembre, l'ennemi est en retraite générale sur le front des 4e et 3e armées ; mais celle-ci se trouve en présence de retranchements établis sur la ligne Villers-aux-Vents - Louppy-le-Château - Rembercourt-aux-Pots. Il lui faudra faire un vigoureux et décisif effort pour rejeter l'armée du Kronprinz sur Vionne-la-Ville, Varennes, Montfaucon, Consenvoye et dégager ainsi la voie ferrée de Sainte-Menehould à Verdun par les Islettes, dont la possession est d'importance capitale.

Alors commence la guerre de siège, cette guerre de tranchée ardue, interminable,qui se poursuite encore, un an plus tard, d'un bout à l'autre du front.

Marne_victoire14

Sources :
Gustave BABIN, ESQUISSE D'UN TABLEAU D'ENSEMBLE

Pour en savoir plus sur LA BATAILLE DE VASSINCOURT