Fréderic CHEVILLON, sous-lieutenant au 132e R.I.,

Mort pour la France le 21 février 1915 aux Eparges (Meuse)

Né à Marseille le 12 janvier 1879

----------------------------

Fchevillon

L'ECLAIREUR DE NICE 23 février 1915

ECL23FEV1915_chevillon

Tiré de l'éloge funèbre prononcé par le Président Paul Deschanel :

"...Député des Bouches-du-Rhône,... sa conduite héroïque, son enthousiasme juvénile, sa témérité devant le danger, sa mort digne des héros de l'antiquité illumine de gloire tout le département, il était bien la synthèse de l'âme latine et provençale, il était bien le symbole de tout ce midi, si vaillant, si spontanément généreux dont les fils ont fait si noblement leur devoir.

Fréderic Chevillon comme tant d'autres des ses collègues aurait pu se consacrer aux travaux parlementaires,il préféra faire son devoir devant l'ennemi et montrer au sénateur Gervais, de quelle façon mouraient pour la France et la République les soldats du XVe corps.

Dès le commencement de la guerre, il part comme simple soldat. Quelques jours après, avec trois camarades, il reconnaît un village ennemi à six kilomètres de nos lignes. Il est nommé caporal et cité à l'ordre du jour.  -(voir A)

Promu sous-officier, puis officier, il est cité encore, mais cette fois, à l'ordre du jour de l'armée et proposé pour la légion d'Honneur : "Très belle attitude au feu. A fait preuve d'une bravoure, d'un calme et d'un sang froid indiscutables", dit le Journal Officiel."

Source : Livre d'Or des enfants de Cabannes guerre 1914-1918

~~°~~

-(A) Le 1er août 1914, le député CHEVILLON s'engage comme simple soldat au 44e R.I.T. en même temps qu'André MAGINOT, député de la Meuse. Sur leur demande, ils sont affectés dans une des compagnie qui tient les avant-postes. Ils y retrouvent Léon ABRAMI, député du Pas-de-Calais. Tous les trois prennent part à de nombreuses reconnaissances  chargées de renseigner le commandement sur les positions ennemies.

André MAGINOT est rapidement convaincu que la constitution d'un groupe de reconnaissance permanent, avec des éléments soigneusement choisis et un effectif suffisant pour qu'à tout moment une patrouille soit disponible, est une solution à mettre à l'épreuve.

La "patrouille Maginot" est rapidement formée. Elle comprend 20 soldats, sous les ordres de Maginot. Son siège est au village de Bezonvaux.

C'est le 26 août 1914 que la première sortie de la patrouille a lieu, chargée de reconnaître Maucourt et Mogeville, pour savoir si, suite à la prise d'Etain, les détachements de cavalerie ennemie n'avaient pas occupé ces villages : cette première mission est si bien remplie que Maginot, Chevillon et Abrami y gagnent leurs galons de caporaux.

A partir du 28 septembre 1914 on retrouve le nom du S/Lieutenant Chevillon sur l'ordre de bataille du 132e R.I..

Pour en savoir plus : http://www.pbase.com/vfortin/image/26244057

~~°~~

L'ECLAIREUR DE NICE du 26 février 1915 relate l'hommage rendu au Député par ses condisciples.

Copie_de_ECL26FEV1915_chevillon

Copie__2__de_ECL26FEV1915_chevillon

Copie__3__de_ECL26FEV1915_chevillon

Copie__4__de_ECL26FEV1915_chevillon

~~°~~

JMO du 132e R.I.- ETAT DES PERTES LE 21 FEVRIER 1915

Copie_de_JMO132RI_Chevillon21FEV1915_p47

MDH_Chevillon_F