Merci à Olivier Gaget, spécialiste du 112e RI

auteur de UN OFFICIER DU 15e C.A.

Carnets de route et lettres de guerre de Marcel Rostin (1914-1916)

Editions C'est-à-dire - 2008

----------------------------------------------------------------------------------------

Poème de Ch. DREVET (*)

*

***

AUX MORTS DU 112e

Ah ! Sortez de la tombe immense où, pêle-mêle,

Vous dormez, tous mes morts de la guerre ! J'appelle :

Ceux de Moncourt, ceux de Dieuze, de Vassincourt,

Ceux du Mort-Homme, du Hermont, de Malancourt,

De la Gruerie et de la Haute-Chevauchée,

A qui la France, hélas, avec la mort penchée,

A mis pieusement un baiser sur le font.

Cet homme que voici (1) vous jette son affront.

Soldats, dites-lui donc si vous saviez vous battre

Et si vous aviez peur. Ô morts de Trois cent quatre,

De Beauséjour et de la Butte du Mesnil,

Voilà celui qui vous accuse, un homme vil,

Vieux pourtant, catarrheux, mais méchant et qui bave.

Certes, il ne vous vît pas; il était dans sa cave,

Lorsque vous traversiez sa rue en rangs pressés

Pour aller lui sauver sa ville. Ô mes blessés,

Vous a-t'il vus, ainsi que moi, dans la souffrance

Mourir heureux, pourvu que survive la France ?

Après tant de combats aux farouches assauts,

N'aviez-vous donc pas droit au suprême repos ?

Héros, vainqueurs du Poivre et de Vachereauville,

Pouviez-vous vous attendre à cette attaque vile ?

Ô vous, dont on ne doit parler qu'à deux genoux,

Voilà ce citoyen qui s'occupe de vous

Et prononce vos noms sans ôter sa calotte,

Et, tel un chiffonnier fourrageant dans sa hotte,

Ramasse un peu de boue et vise vos blasons.

Vivants vous ne craigniez ni peurs ni trahisons,

Et morts vous subiriez cette suprême injure !

Mais je suis le gardien de votre gloire pure,

Et je ne permets pas qu'on touche à vos lauriers,

Et je dis à cet homme, ô sublimes guerriers,

Bien qu'il soit un vieillard et bien qu'il soit mon hôte,

Que l'insulte, pour qui votre gloire est trop haute,

Que d'un geste sénile il essaye aujourd'hui,

Ne peut pas vous atteindre et retombe sur lui.

---

(*)Ch. DREVET pourrait être Charles Marius DREVET, Médecin-Major 1ère classe du 112e RI

_____________

Note de l'auteur :

(1)-Un vieux "robin", chez qui je logeais, a prétendu les accuser de lacheté.