De Léon BOURRIER

LE CLAIRON                                                                     Copie_de_clairon8

L'histoire d'une guerre au fil des jours se corse

Et l'on ne sait jamais quelle sera la fin ;

On était le deux août en mil neuf cent quatorze,

Un clairon quelque part ne sonnait pas en vain

                                   -*-

Non, pas seulement un !

                        Plusieurs de ses semblables

Dans les bois d'alentours jetèrent un appel ;

- Ils vous visaient déjà, mères inconsolables,

Vos enfants pour partir ressortaient leur scalpel !

                                   -*-

Des sons tristes fusaient dans la verte campagne ;

Plutôt drôles, bien sûr, avec leurs airs touchants ;

L'écho les renvoyait jusque sur la montagne,

Les oiseaux attendris en oubliaient leurs chants !

                                   -*-

Des hommes, l'oeil hagard, s'en allaient à la guerre

- La forêt se souvient encor de l'ennemi -

Pour un temps court ; du moins le croyait-on naguère ;

Mais cela dura plus de quatre ans et demi !

                                    *