LES CARNETS SECRETS D’ABEL FERRY 1914-1918

Grasset – 1957 – 256 pages

Résumé des pages 36 et 37


messimy


24 décembre 1914

Messimy vient me voir au ministère (1).

Le ministre de la guerre congédié en pleine guerre ne songe qu’à se disculper.

C’est une sortie véhémente contre « le général Joffre, pauvre de pensée, sans idée ni dessein ». Messimy le rend responsable de nos échecs.

Messimy déclare avoir toujours écrit à Joffre que lui Joffre était le « Maître » ; n’avoir jamais discuté ses plans, ne lui avoir jamais donné qu’un ordre : celui de mettre à la disposition de Galliéni des troupes actives pour défendre Paris.

« L’ordre de défendre Paris, j’en prends  la responsabilité, c’est le seul que j’ai donné. »

……..

Messimy reconnaît le rétablissement stratégique du général Joffre ; mais il lui reproche, à l’heure présente, de se livrer à des offensives partielles aussi coûteuses en hommes que peu productives en résultats stratégiques. Je dois avouer que sur ce point je suis d’accord avec lui.

…..

Messimy me donne pour raison de sa disgrâce, d’une part l’article de Gervais contre le 15è Corps, ce qui lui  attira les hostilités du Midi, d’autre part les discussions quotidiennes qu’il eut avec Poincaré qui, dit-il avait une « mentalité d’avocat », tandis que lui avait une mentalité de guerre ».

………..

(1) Messimy était alors colonel dans une unité combattante de l’armée des Vosges