Etude de Maurice MISTRE

HISTOIRE DE RAVITAILLEMENT (suite et fin)


Et dire qu'à Nice au moment du départ, certains rêvent :

11 août- Viguier et compagnie vont bien et vous envoient mille choses aimables, et nous attendrons le retour !!... pour manger une bouillabaisse -4

14 août- Je n'ai dans l'estomac qu'un morceau de pain et de viande depuis le matin. Nous entamons le singe et les galettes. Ravitaillement en munitions  -5

14 août- C'est seulement une heure après son occupation que quelques rares habitants cachés dans les caves se montrent et nous donnent quelques provisions qui sont les bienvenues, car on ne dispose que des vivres de réserve -6


cantonnement


15 août- Nous repartons de Coincourt à 6h après un ravitaillement rapide,  pour nous diriger de nouveau du côté de la frontière -7

15 août- Pas de ravitaillement nous mangeons des mirabelles, les arbres en sont garnis. Ordre de rester sur place. Pluie torrentielle. Dans la nuit arrive un ravitaillement en pain, assuré par des autobus de Paris, devenus voitures de réquisition -8

15 août- Nous avons déjà mangé nos biscuits et le ravitaillement de la veille ne nous a pas rejoints. Il y a bien les prunes mais elles ne sont qu'à demi mures et celui qui en mange trop a des coliques, vu que nous avons tous la dysenterie occasionnée par l'eau et la température des nuits trop froide -7

15 août- On retourne à Bures, nous n'avons plus de vivres, nous avons mangé un cheval qui a été excellent -9

15 août- Nous arrivons enfin à 6 heures du soir dans un terrain labouré. Ni viande, ni pain ; on fait cuire quelques pommes à l'eau, mais une pluie torrentielle se met à tomber, les feux s'éteignent, pas de tentes. On met des gerbes sur les canons et, après avoir absorbé une pomme de terre moitié crue, nous nous couchons sous cet abri de fortune -9

15 août- A 22h les vivres qui nous manquaient depuis deux jours arrivent. Ravitaillement -5

15 août- Les régiments relevés très tardivement arrivent au bivouac entre 1h et 2h du matin. Le ravitaillement en vivres et munitions se fait durant la nuit -10

16 août- Pas de ravitaillement. La guerre ne se fait pas pourtant qu'avec les jambes -8


Copie_de_cuistot


16 août- A 23h un morceau de bidoche chaude. A 24h ravitaillement -5

17 août- Pas de ravitaillement, nous nous accommodons de mirablelles, et de pommes de terre cuites sous la cendre -8

17 août- On trouve du pain à acheter, enfin après la soupe, notre ravitaillement nous rejoint -6

17 août- Et la pluie continuant toujours à tomber, nous prenons philosophiquement le parti de nous asseoir sur le talus boueux qui borde la route tout en grignotant des pommes encore vertes pour calmer notre soif -10

18 août- Guéblanche. Dévastons les jardins pour faire la soupe. Le ravitaillement n'arrivera que pendant la nuit. Les sous-officiers de la 5e compagnie ayant trouvé à se faire préparer un repas dans une maison, mon frère m'invite à manger avec eux, bonne aubaine -8

19 août- Nous sommes à jeun et n'avons pas de vivres ; j'ai eu le tort de laisser mon sac au poste de secours. Mais il y a du pain tombé sur le champ de bataille, dont les propriétaires n'ont plus besoin. Il nous servira -11

19 août- Je remplis ma gamelle de façon à pouvoir en donner à mes frères au repas du soir car le ravitaillement était précaire depuis quelques jours, et nous commencions à nous serrer la ceinture -12

Un silence plein de choses bruissantes, pas des compagnies qui cherchent un bivouac, tandis que les avant-postes tapis envoient des patrouilles, roulements sourds des caissons venus au ravitaillement. Défense d'allumer des feux. On mange froid un peu de viande sortie des boites de singe et l'on se couche enfin à l'ombre des faisceaux, tout équipé, à même le sol, et l'on s'endort -13

20 août- Fatigués, le ventre creux, ordre de consommer une demi-journée de vivres de réserve -8

Le 55e, après des journées de marche et de contre marche et des nuits sans repos, une nourriture insuffisante (le service régimentaire doit être mis hors de cause car il se multiplia, mais la viande ne pût presque jamais être cuite), se battit énergiquement pendans les journées des 19 et 20 août -14

Retraite : nous avons marché 2 jours et une nuit sans nous arrêter sans avoir le temps de manger pas de ravitaillement quand nous trouvions quelques morceaux de pain au bord de la route on se disputait pour l'avoir -15

Cela n'a rien à voir avec les envolées homériques des mémoires d'après guerre des fringants officiers, sachant que pendant les attaques, ceux-ci, au-dessus du grade de capitaine, étaient rarement en premières lignes !

Et la boustifaille, quelle vulgarité !!!

MM


4- 27e BCA

5- 55e RA

6- 57e BI

7- 3e RAL

8- 6e BCA

9- 38e RA

10- 58e BI

11- 23e BCA

12- 61e RI

13- 29e DI

14- 55e RI

15- 111e RI


roulante1