A la mémoire de Marius ELENA, chasseur au 6e B.C.P.

Vu dans le PETIT NICOIS du 20 novembre 1914

 

 

 

 

PN20NOV1914_b

                                               

Le 1er novembre 1914

Madame,

Le Capitaine Garcin de retour de Nice après guérison de la blessure qu'il avait contractée au début de la campagne m'a parlé de votre fils. Je sais que vous connaissez maintenant la triste nouvelle de sa mort. Je ne veux donc rien vous cacher.

Votre fils est mort, tué à l'ennemi dans le combat de Vassincourt (Meuse), le 8 septembre 1914. Il est mort glorieusement d'une balle dans la tête et n'a pas souffert car il est tombé sur le coup. Si c'est une consolation pour vous de connaître sa conduite courageuse ce jour là, sachez qu'au moment ou, chargés par des forces ennemies supérieures, nous résistions sur place à l'attaque, votre fils n'a cessé de faire jusqu'au bout le coup de feu, sans défaillance ni la moindre hésitation. Déjà malade depuis quelque temps, atteint comme nous de dysenterie, il n'avait pas voulu abandonner son unité et c'est à sa persistance de rester avec nous qu'il doit sa fin tragique mais glorieuse.   

J'étais entouré des chasseurs de la compagnie, sur le plateau de Vassincourt, lorsque nous avons subi l'attaque furieuse des Allemands. Je peux dire quà cette minute là, tout le monde a fait son devoir et que votre fils s'est particulièrement distingué par son courage. En tant qu'officier de cette unité, à laquelle il appartenait, permettez-moi de vous présenter, avec ma sympathie, mes félicitations de soldat et de Français . Durant toute la campagne et jusqu'au jour où Marius Elena est tombé au champ d'honneur, il a fait son devoir loyalement, pleinement, sans que j'ai eu un seul reproche à lui faire .

Si la mort ne nous l'avait pas enlevé, je l'aurai certainement proposé pour le grade de sergent et peut-être ultérieurement pour un grade supérieur. Je connaissais bien votre fils. C'est moi qui, à Peira Cava, ait fait son instruction première comme recrue, puis comme élève caporal. Je savais ses aspirations et j'y aurais sans doute satisfait si les circonstances avaient été moins douloureuses pour nous tous. Blessé moi-même en cette journée de Vassincourt, où la 2ème compagnie du 6ème Chasseurs fut héroïque, je vous apporte le témoignage que votre fils fut lui-même, ce jour là, un des courageux soldats qui nous  ont apporté la victoire, après quatre jours de lutte.

Je vous donnerai, dans le cas où vous le désireriez, d'autres renseignements et vous prie de croire, à mes bons sentiments et à toute ma sympathie.   

Lieutenant BERTRAND

2ème Compagnie 6ème Chasseurs

22ème Division de Nice, 15ème corps en campagne

 

 

Copie__3__de_6BCA_Elena

elena_6BCA

 

 

Copie_de_6BCA_Elena

Collection MoniqueB

Sa citation :
"Excellent caporal dévoué et courageux. Tombé glorieusement à l'attaque du 11 septembre 1914 devant Vassincourt."
Croix de guerre avec étoile d'argent.
Eclaireur de Nice 30 mars 1921